Ryszard Kaczorowski Ryszard Kaczorowski, who has died aged 90, was the last president of the Polish government-in-exile, which for two generations defied political gravity by continuing to exist after the Soviet takeover of eastern Europe.

Uniquely among the exiled governments of the Second World War, the Polish version had a constitutional mechanism for a legitimate administration to be formed on foreign soil. When the existing government was interned in Romania after Poland was invaded by the Germans and the Russians in 1939, a substitute was formed in Paris. It soon moved to London, where it was a valued ally until the Attlee government stopped recognising it in favour of Soviet-dominated Warsaw.

As some 300,000 Poles made new lives in Britain, rather than return to their occupied homeland after the war, their administration survived for 45 years, growing old and quarrelling bitterly. For many observers it seemed an unreal survival from an ancient comedy.
The age of its cabinet members — unpaid volunteers who had retired from the jobs they had found in Britain — ranged from 60 to 81.

There was a minister for military matters without an army, a ministry of justice with no law courts and a minister for foreign affairs who enjoyed no official recognition anywhere.

Yet they looked after the interests of the Polish diaspora and exasperated the authorities in what they often referred to as “the inhuman land”, who declared that those who worked against the “People’s” Poland were no longer welcome.

Their dogged opposition to the Soviet Union exasperated the Foreign Office by their refusal to countenance the western powers’ attempts to find an accommodation with the Soviet government .

Kaczorowski had been serving as minister of home affairs for three years when, on July 19 1989, he was called out of a performance of An Ideal Husband at a West End theatre to be told that President Kazimierz Sabbat had died, having nominated him as his successor.

A retired accounts clerk with a dignified carriage and a genial disposition, Kaczorowski had the power to appoint the cabinet but did not preside at its meetings. For the 18 months of his presidency he was the public representative of Free Poland as the Communist regime fell apart.

When the international press called at “The Castle”, his government’s headquarters in Eaton Place, Belgravia, he would explain in a thick guttural accent that he represented the legitimate authority in the Poland he had not seen for almost 50 years.

Being sworn in as president was the greatest honour, he would say, then add: “Yet not so. The greatest days will be when I cease to be president.” As he spoke, he would point to the insignia of the Polish state laid out on the table before him — the handwritten copy of the 1935 constitution and the presidential seal .

Kaczorowski shunned official approaches from Communists in Poland, and remained uneasy about the attitude of Poles in their homeland until three weeks before the first free general election under Communist rule to the presidency and lower parliamentary house.

Lech Walesa, Solidarity’s presidential candidate, sent an envoy to London, saying that he did not want to receive power from the discredited General Jaruzelski but from the hands of President Kaczorowski.

On the day of Walesa’s inauguration Kaczorowski, with some 30 ministers and supporters, assembled at Ealing Broadway tube station at 7am to travel to Heathrow, where they took a plane to Warsaw . However, their flight was late, so they failed to make their planned entrance into Polish airspace at the moment General Jaruzelski surrendered power.

The son of a railwayman, Ryszard Kaczorowski was born on November 26 1919 at Bialystok, eastern Poland, where he went to a commercial school. Although a teetotaller, he found work with a wine merchant. He also became a scoutmaster, rising to commandant of the Szare Szeregi (The Grey Ranks).

After the outbreak of war he was responsible for running messages for the emerging underground movement. In 1940 he was arrested by the invading Russians and accused of being a British spy; his captors reminded him that Baden Powell, founder of the scout movement, had been a British spy in South Africa.

After being taken to the headquarters of the NKVD security force, Kaczorowski was sent on to Minsk. He was sentenced to death and spent 100 days with three other prisoners in an underground cell . They were asked to sign a petition seeking mercy, which they refused to do. Eventually the sentence was reduced to 10 years in a labour camp, and Kaczorowski was sent to the gold mines of Kolyma in the north-east Arctic.

There he shifted earth from 4am to 9pm daily, which left him unable to close his hands. But after the German invasion of Russia, he was sent to a transit camp at Magadan, then allowed to join the Polish Army.

As a signalman with the 3rd Carpathian Division, 2nd Polish Corps, he took part in the battle for Monte Cassino .

Kaczorowski arrived in Britain without speaking a word of English and settled in London, where he married Karolina Mariampolska, with whom he had two daughters. In the course of the next four decades he worked as an accounts clerk for four firms while becoming chief commissioner of the Polish scouts and chairman of the Polish Scouts Council.

When he retired at 65 he was asked by Count Raczynski, the government-in-exile’s president, to join the Polish National Council, and he was appointed minister of home affairs. His responsibilities could be somewhat surreal; he was once required to draw up railway timetables for when Russia returned Poland’s former eastern provinces. But he demonstrated a steadiness which prompted President Sabbat to name him as his successor.

After returning to his homeland to hand over his insignia of office to President Walesa at the Royal Castle in Warsaw, Kaczorowski went back to London to preside over the dissolution of the upper house (the Senate) and the sale of the Eaton Place headquarters.

Although he continued to live in London, he became a regular visitor to Poland, where he was awarded an honorary doctorate by the local university at the former NKVD headquarters, where he had been interrogated in 1940.

He died on Saturday in the air crash, near Smolensk in western Russia, which killed Poland’s President Lech Kaczynski and more than 90 others.

=====================================================
VERSION FRANCAISE
=====================================================

Unique entre les gouvernements en exil de la Seconde Guerre mondiale, la version polonaise avait un mécanisme constitutionnel pour une administration légitime de se former sur le sol étranger. Lorsque le gouvernement actuel a été interné en Roumanie, après la Pologne a été envahie par les Allemands et les Russes en 1939, un substitut a été formé à Paris. Il est rapidement passé à Londres, où il a été un allié jusqu’à ce que le gouvernement Attlee cessé de le reconnaître en faveur de la domination soviétique à Varsovie.

Comme quelque 300.000 Polonais fait une nouvelle vie en Grande-Bretagne, plutôt que de retourner dans leur patrie occupée après la guerre, leur administration a survécu pendant 45 ans, vieillir et se disputaient âprement. Pour beaucoup d’observateurs il semblait irréel une survie d’une ancienne comédie.
L’âge de ses membres du cabinet – des bénévoles non rémunérés qui avait pris sa retraite de l’emploi qu’ils avaient trouvé en Grande-Bretagne – variait de 60 à 81.

Il y avait un ministre pour les questions militaires, sans une armée, un ministère de la justice sans tribunaux et un ministre des Affaires étrangères, qui ne jouissent d’aucune reconnaissance officielle partout.

Pourtant, ils s’occupaient des intérêts de la diaspora polonaise et exaspéré les autorités de ce qu’ils appelle souvent «la terre inhumaine», qui a déclaré que ceux qui ont travaillé contre le “populaire” la Pologne ne sont plus les bienvenus.

Leur opposition tenace à l’Union soviétique exaspéra le ministère des Affaires étrangères par leur refus des tentatives des puissances occidentales pour trouver un logement avec le gouvernement soviétique.

Kaczorowski avait servi comme ministre de l’Intérieur pendant trois ans lorsque, le 19 Juillet 1989, il fut appelé hors de la représentation de An Ideal Husband au théâtre West End de se faire dire que le Président Kazimierz Sabbat était mort, après l’avoir désigné comme son successeur.

Un commis aux comptes à la retraite avec une voiture digne et une disposition sympathique, Kaczorowski avait le pouvoir de nommer le cabinet, mais ne préside ses réunions. Pour les 18 mois de sa présidence, il était le représentant du public de la Pologne libre que le régime communiste s’est effondré.

Quand la presse internationale a appelé à “The Castle, siège de son gouvernement à Eaton Place, Belgravia, expliquait-il avec un fort accent guttural qu’il représentait l’autorité légitime de la Pologne, il n’avait pas vu depuis presque 50 ans.

Être assermenté à titre de président a été le plus grand honneur, disait-il, puis ajouter: «Pourtant, pas le cas. Les plus grands jours sera quand je cesse d’être président. “Comme il parlait, il rappelle à l’insigne de l’Etat polonais posé sur la table devant lui – la copie manuscrite de la Constitution de 1935 et le sceau présidentiel.

Kaczorowski repoussent les approches officielles des communistes en Pologne, et est resté inquiet de l’attitude des Polonais dans leur pays jusqu’à trois semaines avant la première élection générale libre sous le régime communiste à la présidence et la chambre basse du Parlement.

Lech Walesa, candidat à la présidence de la Solidarité, a envoyé un émissaire à Londres, en disant qu’il ne voulait pas de recevoir la puissance du discrédit général Jaruzelski, mais des mains du président Kaczorowski.

Le jour de l’inauguration Walesa Kaczorowski, avec quelque 30 ministres et partisans, rassemblés à la gare de Ealing Broadway tube à 7h du matin à Voyage à Heathrow, où ils ont pris un avion pour Varsovie. Toutefois, leur vol était en retard, de sorte qu’ils n’ont pas à faire leur entrée prévue dans l’espace aérien polonais au moment où le général Jaruzelski remis le pouvoir.

Le fils d’un cheminot, Ryszard Kaczorowski est né le 26 Novembre 1919 à Bialystok, Pologne orientale, où il est allé à une école de commerce. Même si une personne qui ne boit jamais d’alcool, il trouve du travail chez un marchand de vin. Il est aussi devenu un chef scout, la hausse de commandant de la Szeregi Szare (Les Rangs Gris).

Après le déclenchement de la guerre, il a été responsable de la gestion des messages pour le mouvement naissant de métro. En 1940, il a été arrêté par les envahisseurs russes et accusé d’être un espion britannique, ses ravisseurs lui a rappelé que Baden Powell, fondateur du mouvement scout, avait été un espion britannique en Afrique du Sud.

Après avoir été emmenés au siège de la force de sécurité du NKVD, Kaczorowski a été envoyé à Minsk. Il a été condamné à mort et a passé 100 jours, avec trois autres prisonniers dans une cellule souterraine. Ils ont été invités à signer une pétition visant la miséricorde, mais ils ont refusé de le faire. Finalement, la peine a été réduite à 10 ans dans un camp de travail, et Kaczorowski a été envoyé aux mines d’or de la Kolyma, dans le nord-est de l’Arctique.

Là, il déplacé terre de 4am to 9pm tous les jours, ce qui l’empêche de fermer ses mains. Mais après l’invasion allemande de la Russie, il fut envoyé dans un camp de transit à Magadan, alors autorisés à rejoindre l’armée polonaise.

En circulation à la 3e Division des Carpates, 2e Corps polonais, il prit part à la bataille de Monte Cassino.

Kaczorowski arrivé en Grande-Bretagne, sans parler un mot d’anglais et se sont installés à Londres, où il épousa Karolina Mariampolska, avec qui il eut deux filles. Au cours des quatre prochaines décennies, il a travaillé comme commis aux comptes pour les quatre entreprises en devenant commissaire en chef des scouts polonais et président du Conseil de scouts polonais.

Lorsqu’il prit sa retraite à 65 ans, il a été demandé par le comte Raczynski, le président du gouvernement en exil, à se joindre au Conseil national polonais, et il a été nommé ministre de l’Intérieur. Ses responsabilités pourraient être quelque peu surréaliste, il était une fois nécessaire d’établir des calendriers pour les chemins de fer lorsque la Russie a retourné la Pologne anciennes provinces de l’Est. Mais il fait preuve d’une fermeté qui a incité le président du Sabbat pour le nom de son successeur.

Après son retour dans sa patrie, de remettre son insigne d’office au président Walesa au Château Royal de Varsovie, Kaczorowski retourna à Londres pour présider à la dissolution de la Chambre haute (le Sénat) et la vente de la Eaton Place siège.

Bien qu’il ait continué à vivre à Londres, il est devenu un visiteur régulier de la Pologne, où il a reçu un doctorat honoris causa de l’université locale, au siège du NKVD ancienne, où il avait été interrogé en 1940.

Il est mort samedi dans l’accident d’avion, près de Smolensk en Russie occidentale, qui a tué le président polonais Lech Kaczynski et plus de 90 autres.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s